Sur le vif

Thierry Borne contre le RSI

[Extrait de : https://thierryborneblog.wordpress.com/]

En 2004/2005 les trois caisses (AVA – CANAM – ORGANIC) aurait d’après ses dires, joué des milliards d’euros en bourse, avec l’argent des cotisations sociales des travailleurs indépendants. « La banqueroute » aurait été ÉNORME.

Le RSI aurait donc été créé dans une précipitation hallucinante, et avec un objectif très clair : Récupérer au plus vite l’argent perdu en bourse. Nous tairons le nom de ce député pour l’heure, car celui-ci doit nous faire parvenir les preuves de tout cela prochainement.

‎Jean François Vernoud‎ à LES LIBERES DE LA SECU
20 janvier, 14:41
La pierre angulaire de ce « Génocide des travailleurs indépendants » est indiscutablement Gérard QUEVILLON, c’est pourquoi il a usurpé la présidence de la caisse nationale du RSI lors des élections de 2012 et ce avec la complicité sans équivoque de Stéphane SEILLER, Jean Philippe NAUDON, Thômas FATOME, Marisol TOURAINE, Dominique LIBAULT, ce système n’a rien de solidaire il a pour seul objet d’enrichir ces criminelles, la rage m’envahi.

Début janvier 2015, nous recevons un appel téléphonique provenant d’un député Européen, qui en ce moment même travail sur le dossier RSI. Il était étonné de voir le travail accompli par l’association sauvons nos entreprises sur ce sujet.

Mais celui ci nous a fait remarquer un petit détail qui a toute son importance dans la compréhension de ce que l’on pourrait appeler le « Génocide » des travailleurs indépendants.

Il nous a fait remarquer que nous ne mentionnons pas le point essentiel qui est le suivant : Quel est la cause de la création du RSI ? Pourquoi le RSI a-t-il était créé ?

Sa réponse la voici : En 2004/2005 les trois caisses (AVA – CANAM – ORGANIC) aurait d’après ses dires, joué des milliards d’euros en bourse, avec l’argent des cotisations sociales des travailleurs indépendants. « La banqueroute » aurait été ENORME. Le RSI aurait donc été créé dans une précipitation hallucinante, et avec un objectif très clair : Récupérer au plus vite l’argent perdu en bourse. Nous tairons le nom de ce député pour l’heure, car celui-ci doit nous faire parvenir les preuves de tout cela prochainement.

%d blogueurs aiment cette page :